Abstract


Close Window



Deep Cerebral Venous Thrombosis: An Illustrative Case with Reversible Diencephalic Dysfunction

David J. Gladstone, Frank L. Silver, Robert A. Willinsky, Felix J. Tyndel, Richard Wennberg

Abstract: Background: Isolated thrombosis of the deep cerebral veins is rare and its diagnosis can be difficult. Mortality is often high and little is known about the long-term prognosis. Case report: We report a 24-year-old woman with akinetic mutism and extensive bilateral thalamic lesions. CT and MRI allowed early diagnosis by demonstrating thrombosis within the internal cerebral veins, without the need for angiography. Heparin treatment was used safely despite the presence of thalamic and intraventricular hemorrhage. After five weeks, the patient recovered rapidly and remains well at 18 months. Serial MRI showed dramatic resolution of the imaging abnormalities. Conclusions: The clinical features and characteristic neuroimaging appearance of deep cerebral venous thrombosis should be recognized by physicians caring for stroke patients. Deep cerebral venous thrombosis can produce extensive venous congestion and vasogenic edema without early infarction. Excellent clinical recovery is possible even after severe and prolonged neurological deficits.

Résumé: Thrombose veineuse cérébrale profonde: un cas type présentant une dysfonction diencéphalique réversible. Introduction: La thrombose isolée de veines cérébrales profondes est rare et son diagnostic peut être difficile. La mortalité est souvent élevée et on connaît mal le pronostic à long terme. Étude de cas: Nous rapportons le cas d'une femme de 24 ans ayant présenté un mutisme akinétique et des lésions thalamiques bilatérales étendues. Le CT scan et la résonance magnétique ont permis de poser le diagnostic d'emblée en démontrant une thrombose dans les veines cérébrales internes, sans recourir à l'angiographie. Le traitement à l'héparine a été utilisé sans complication malgré la présence d'hémorragies thalamiques et intraventriculaires. Cinq semaines après l'événement, la patiente avait récupéré et son état était bon 18 mois plus tard. Des examens répétés par résonance magnétique ont montré une résolution dramatique des anomalies observées initialement. Conclusions: Les manifestations cliniques et les images neuroradiologiques caractéristiques de la thrombose veineuse cérébrale profonde devraient être connues des médecins qui traitent des patients atteints d'accidents vasculaires cérébraux. Une thrombose veineuse cérébrale profonde peut provoquer une congestion veineuse étendue et un oedème vasogénique sans infarcissement précoce. Une excellente récupération clinique est possible même si le patient présente des déficits neurologiques sévères et prolongés.

Can. J. Neurol. Sci. 2001; 28: 159-163

 


 
For information about this web site e-mail to: journal@cjns.org
Copyright © Canadian Journal of Neurological Sciences. All rights reserved.