Abstract

Close Window



EMG Related Anxiety and Pain: A Prospective Study

Mohammed M.S. Jan, Murray Schwartz, and Timothy J. Benstead

Abstract: Background: Electromyography (EMG) is a useful test, but unfortunately also painful. We frequently encounter patients who worry about its painful nature, but tolerate it very well. Objectives: We evaluated anxiety levels of patients referred for EMG to explore the possible correlating and contributing factors to high anxiety. Methods: A structured questionnaire, including the State-Trait Anxiety Inventory was completed by patients immediately before EMG testing. Emergency, hospitalized, and seriously ill patients were excluded. Results: Seventy-nine cases with ages ranging from 19-72 years (mean 43) were included. Thirty-five (44%) patients had a high pre-test anxiety level. The likelihood of high anxiety was increased if the patient was worried about the test (p<0.001) or about other issues unrelated to the test or underlying diagnosis (p<0.001), or was taking an anti-psychotic or anxiolytic drug (p=0.008). The degree or source of knowledge regarding the test procedure, did not affect the pre-test anxiety level. Conclusions: The information about EMG testing received by patients in this group did not affect pre-test anxiety levels. The patient's expectations regarding the test did influence anxiety levels and this may reflect generalized anxiety regarding testing procedures or misinformation regarding the nature of the test, as patients in general reported a better than anticipated experience following the test.

Résumé: Anxiété et douleur reliées à l'ÉMG: une étude prospective.
Introduction:
L'électromyographie (ÉMG) est un examen utile mais douloureux. Nous rencontrons souvent des patients qui s'inquiètent que l'examen soit douloureux, mais qui le tolèrent très bien. Objectifs: Nous avons évalué le niveau d'anxiété de patients référés pour un ÉMG afin d'explorer les facteurs possibles ayant une corrélation et contribuant à un niveau élevé d'anxiété. Méthodes: Un questionnaire structuré, incluant le State-Trait Anxiety Inventory a été complété par les patients immédiatement avant de subir un ÉMG. Les patients se présentant à l'urgence, les patients hospitalisés et ceux qui étaient gravement malades ont été exclus. Résultats: Soixante-dix-sept patients dont l'âge variait entre 19 et 72 ans (moyenne 43) ont participé à l'étude. Trente-cinq patients (44%) avaient un niveau d'anxiété élevé avant le test. La probabilité que le patient soit très anxieux était plus élevée si le patient était inquiet à propos du test (p<0.001) ou pour d'autres raisons non reliées au test ou au diagnostic (p<0.001), ou qu'il prenait une médication antipsychotique ou anxiolytique (p=0.008). Le degré ou la source des connaissances sur le test n'affectait pas le niveau d'anxiété prétest. Conclusions: L'information sur l'ÉMG reçue par les patients de ce groupe n'influençait pas le niveau d'anxiété pré-test. Les attentes des patients concernant le test ont influencé le niveau d'anxiété et ceci peut refléter une anxiété généralisée envers le test ou une information erronée sur la nature du test, vu que les patients en général ont rapporté que leur expérience du test avait été meilleure qu'ils ne l'avaient anticipée.

Can. J. Neurol. Sci. 1999; 26: 294-297

 


 
For information about this web site e-mail to: journal@cjns.org
Copyright © Canadian Journal of Neurological Sciences. All rights reserved.